L’habitat participatif : une alternative aux maisons de retraite ?

Les personnes âgées se sentent généralement délaissées et inutiles. Divers centres et activités ont été mis en place pour qu »elles puissent passer joyeusement leur retraite et ne se sentent point être un fardeau pour leurs familles. À noter également que la joie, le fait de se sentir entouré, aimé et soigné rallonge la longévité des personnes ayant déjà atteint un certain âge avancé. Construire un habitat participatif fait partie des programmes qui offrent une option de fin de vie heureuse pour les personnes âgées. La mise en exécution de ces projets favorise une amélioration des conditions de vie des retraités.

Mode de vie des retraités

Passé le cap de la soixantaine, un retraité ou senior ne travaille plus mais jouit de sa pension de retraite. Les retraités sont souvent placés dans des maisons de retraite par leurs proches bien qu’ils aient les moyens financiers pour partir en voyage, subvenir à leurs besoins et caprices, et vivre indépendamment. Coupés du monde auquel ils avaient l’habitude de fréquenter, les retraités placés en maison dédiée s’affaiblissent rapidement, perdent goût à la vie et se morfondent dans la solitude.

Harmonie de vie dans un habitat groupé

L’habitat participatif a été initié pour faire face à ces problèmes d’isolement en maison de retraite des personnes d’âge mûr. Il s’avère même que c’est un choix de vie idéale pour un senior afin qu’il puisse continuer à être actif en société. Un groupe d’individus se réunit pour financer et fonder une habitation commune répondant aux attentes de tous. Chacun peut mener sa vie comme il l’entend, tout en respectant les règles de vie commune prédéfinies et en ayant plus de relations sociales. Ce type d’habitat est basé sur la pratique d’activités communes telles que le jardinage, les séances d’échange d’expérience, le sport et autres. Chaque résidant a aussi son espace privé, agencé à sa guise afin qu’il se sente réellement chez lui.

Les avantages d’un habitat dédié aux retraités

Un senior n’hésitera point à choisir la vie dans ce type de logement commun plutôt que de résider dans une maison de retraite, où les règles sont faites par les propriétaires et le personnel et non les résidents eux-mêmes. Aussi, l’intéressé et la famille des résidents retraités n’auront pas à débourser beaucoup d’argent pour ne rien avoir en retour car ils s’érigent en investisseurs dans un habitat participatif et peuvent jouir intégralement de tous leurs droits de propriétaires.

Seniors : comment vivre chez soi en toute sécurité ?
Quelles aides gouvernementales pour faire face à la perte d’autonomie des personnes âgées ?